Le monde actuel manque singulièrement de personnes qui font l’effort et prennent le temps de réfléchir. De personnes qui, sans manquer de vision pour demain, ne prennent pas le recul nécessaire avant d’agir. Ce sont ces personnes, soucieuses de partager leur savoir, leurs compétences, leur expérience, en un mot, leur expertise avec les acteurs de la vie économique, sociale et sociétale et qui souhaitent ardemment et sincèrement contribuer au progrès et à l’évolution de nos sociétés que Nouvel avenir souhaite accueillir.

La plupart des dirigeants nationaux et des responsables de partis politiques agissent trop souvent dans l’immédiateté, en réaction à tel ou tel évènement et sous la pression médiatique. Sans toujours prendre le temps de réfléchir aux conséquences que leurs décisions vont entraîner, si ce n’est aujourd’hui du moins pour demain. Sans imaginer le temps nécessaire à la mise en œuvre de telle ou telle réforme et son coût véritable. Des dirigeants trop souvent prisonnier d’une technocratie déconnectée de la vie réelle, quand ils ne sont pas les otages d’une idéologie héritière d’une époque révolue.

Il s’agit là de graves inconséquences et imprévoyances dont les populations du globe paient un prix élevé, quelques fois plusieurs générations après. A l’heure de la mondialisation des échanges (économiques, technologiques, culturels) et de la globalisation des marchés à l’échelle de la planète, toute erreur d’appréciation, tout choix stratégique erroné, se paie cash. Et il faut quelques fois des décennies pour réparer ce qui, souvent, aurait pu être évité en observant d’un peu plus près, en réfléchissant un peu mieux et en écoutant davantage. Prendre le pouls de la rue, observer la vie quotidienne des personnes est une source d’enrichissement et un enseignement trop souvent négligé par les gouvernants. Il n’est que de voir la situation de certaines politiques, industrielles, environnementales comme en matière de santé ou d’éducation qui ont été sources de désillusion. Et au final un véritable gâchis. Prospectives et futurologie sont deux démarches qui seront au cœur de notre réflexion et guideront nos travaux.

Tous les pays à travers le monde, quel que soit le continent, sont confrontés à ce type de dérive gouvernementale qui sous-estime la réflexion au profit de la seule action. L’Afrique n’échappe pas à la règle et au sein du continent le Sénégal pas davantage. C’est la raison pour laquelle Nouvel avenir se présente comme un laboratoire d’idées dont l’objectif est de servir l’intérêt général et non pas les intérêts particuliers, en dehors de toute appartenance politique, religieuse ou syndicale et tout esprit partisan. En toute indépendance.

Lieu de réflexion intellectuelle en faveur de l’innovation et de voies nouvelles en faveur du développement, étranger à toute pensée unique, Nouvel avenir entend diagnostiquer, évaluer, commenter, analyser, tous sujets liés à l’économie, au social, à la politique étrangère, à l’éducation, à la justice, à la défense, à la santé, à la famille, à la parité hommes/femmes, aux nouvelles technologies de communication et de l’information, aux énergies durables, a la protection de l’environnement, au rôle et à l’émancipation des femmes dans la société africaine en général, à la liberté d’expression et de création, à la culture, au tourisme, à l’agriculture et à la pêche, au commerce et à l’artisanat afin de proposer des solutions alternatives favorables à l’épanouissement des idées, au développement de la société et au bien-être de la population.

Comme on le voit les sujets sont nombreux et importants et la tâche est immense qui attend les différents groupes d’experts dont j’ai l’honneur et la lourde responsabilité d’animer l’activité et de coordonner les efforts. Le défi est à la hauteur de nos ambitions car l’enjeu est de permettre au continent africain et au Sénégal en particulier d’entrer résolument dans le 21e siècle. Et il n’y a pas de plus belle noblesse que d’agir au service de la planète et des nations.

Il appartiendra ensuite aux responsables politiques qui désireront s’approprier nos études de mettre en œuvre leur volonté de réforme en abolissant des pratiques d’un autre âge qui n’ont pas leur place au sein d’une démocratie respectueuse de ses citoyens.

C’est en toute humilité que nous abordons notre mission au service des autres, forts de la certitude que le futur de l’Afrique en général et du Sénégal se prépare maintenant. Conscients aussi que seul le partage des idées en faisant fructifier les connaissances et les expériences multiples et diverses permettra de faire avancer le débat et évoluer les comportements. Tel est le devoir que nous nous assignons.  L’aventure commence aujourd’hui.

Le secrétaire général de Nouvel avenir