DATA. À Paris, Idriss Déby Itno et son gouvernement sont déterminés à séduire les bailleurs de fonds internationaux pour sortir l’économie tchadienne de l’ornière.
Par Aurélie Bazzara

Le compte à rebours est lancé. Experts, conseillers et cadres du ministère tchadien de l’Économie enchaînent les rendez-vous en catimini dans la capitale française. Objectif : convaincre les bailleurs de fonds à l’approche de la table ronde qui doit se tenir du 6 au 8 septembre à Paris. Au cours de cette messe internationale, il sera question de présenter le Plan national de développement 2017-2021 (PND) adopté par le gouvernement le 7 juillet. « On essaie de jauger la tendance et on présente les avancées que nous avons faites pour rendre notre pays attrayant  », confie Amir Adoudou Artine, président de la Chambre de commerce, d’agriculture, d’industrie, des mines et de l’artisanat, sur le point de se rendre aux ateliers du Medef. Car le défi est immense pour ce pays d’Afrique centrale.

Mobiliser tous azimuts

Le Tchad espère mobiliser ses partenaires autour de plus de 300 projets regroupés en quatre axes : renforcer l’unité nationale et la bonne gouvernance, développer une économie diversifiée et compétitive, ainsi qu’améliorer la qualité de vie de la population tchadienne, selon le document que Le Point Afrique a pu consulter. «  Il est l’expression de la conviction que du développement économique et social dépendent la performance, la vitalité, le dynamisme de tous les secteurs-clés d’activité et surtout de la stabilité sociale  », résume dans un communiqué Nguéto Tiraïna Yambaye, ministre de l’Économie et de la Planification du développement.

La suite sur http://afrique.lepoint.fr