Andy Mothibi est le responsable des enquêtes engagées à la suite des informations sur des soupçons de détournements dans des fraudes, des actes de corruption et de surfacturation. © DR

NCIVISME. Fraudes, actes de corruption et de surfacturation sont à l’origine de l’investigation ordonnée à propos de contrats gouvernementaux

Par Le Point Afrique

Comme si les 45 902 décès du Covid-19 au 6 février ne suffisaient pas, l’Afrique du Sud est percutée par la pandémie à travers un autre phénomène : la corruption. En effet, quelque 17 millions de dollars de fonds destinés à la lutte contre le Covid-19 dans le pays ont été détournés dans des fraudes, des actes de corruption et de surfacturation. L’information a été donnée ce vendredi par le responsable d’une équipe en charge d’une enquête que le président Cyril Ramaphosa a lui-même diligentée à la suite de la publication d’informations faisant état de contrats gouvernementaux attribués sur des bases de favoritisme politique.

La chasse à l’argent détourné est lancée

Le responsable des enquêteurs, Andy Mothibi, a annoncé que des dossiers avaient été déposés devant un tribunal spécial, visant à récupérer 17,3 millions de dollars de fonds publics irrégulièrement attribués. « Nous devons récupérer cet argent et le rendre à l’État », a souligné lors d’une déclaration à la télévision Andy Mothibi, qui dirige l’Unité des enquêtes spéciales (Special Investigative Unit, SIU), une organisation indépendante chargée notamment de la lutte anti-corruption. Les enquêteurs ont mis au jour de nombreuses irrégularités dans l’utilisation des fonds publics : surfacturations, achats de produits non nécessaires, attribution de contrats à des entreprises non agréées… « Dans certains cas, des pressions politiques ont été exercées », a ajouté M. Mothibi. Quelque 40 dossiers feront l’objet d’enquêtes pour de possibles fraudes ou actes de corruption.

Au total, l’Afrique du Sud a dépensé deux milliards de dollars pour des achats liés à la pandémie de nouveau coronavirus, entre avril et novembre 2020, selon le département du Trésor public. Les dépenses concernant près de la moitié de cette somme font l’objet d’enquêtes. Avec près de 1 470 516 d’infections recensées ayant entraîné autour de 46 000 morts, l’Afrique du Sud affiche le pire bilan en termes de nombres de cas et de décès sur le continent. Et pour rendre la situation encore plus complexe et inquiétante, un variant sud-africain plus contagieux fait désormais la course avec les doses de vaccins achetées par le pays et les protocoles de soins mis en œuvre et considérés comme fiables.