Nouvel Avenir, bilan d’étape et perspectives

Depuis le mois de septembre, date de la création officielle du Think tank Nouvel Avenir, on ne compte plus le nombre de publications sur notre site Internet. Outre la rubrique « Actualité », où les mises en ligne sont quotidiennes grâce à une veille médiatique permanente, nos experts ont publié de nombreuses contributions dans la rubrique « Publications » qui leur est spécialement dédiée. En contrepartie plus de trois mille personnes nous suivent régulièrement sur les réseaux sociaux, Facebook et Twitter, ce qui après seulement quatre mois d’existence témoigne de l’intérêt et de la vitalité de notre club de réflexion au sein de la société française et de la diaspora africaine présente dans l’Hexagone.

Ces quelques chiffres constituent la partie apparente de l’iceberg. Reste la partie invisible au grand public, celle qui voit près d’une trentaine d’experts oeuvrer au sein de groupes de travail aussi variés que l’environnement & les énergies durables, la moralisation de la vie publique et politique, les NTIC & le développement numérique des entreprises, l’urbanisme et l’aménagement du territoire, l’état de droit, l’économie, les migrations, la santé, la recherche et l’éducation, la formation professionnelle, etc. L’activité de ces commissions concerne principalement le Sénégal, même si la Nouvelle Afrique dans son ensemble mobilise toutes notre attention.

Notre méthode de travail est la même pour tous les groupes. A partir d’un état des lieux de la situation nous nous efforçons de préconiser des solutions alternatives, en particulier lorsque des dysfonctionnements sont constatés sur le terrain mais aussi sur le plan législatif et réglementaire, d’évaluer la pertinence des solutions proposées, de définir les moyens à mettre en œuvre, les délais et les coûts nécessaires et enfin de valider la faisabilité financière des transformations. Il s’agit pour celles et ceux qui nous ont rejoint d’une entreprise passionnante car tous partagent la même foi dans un autre avenir pour le continent africain dont les ressources sont innombrables, tant sur le plan humain, intellectuel, qu’au niveau des matières premières que recèlent son sol et son sous-sol. La tâche est immense, raison de plus pour ne pas rester les bras croisés, à attendre que tout vienne des autres. Rappelons-nous cette phrase célèbre : « Ne te demande pas ce que ton pays peut faire pour toi mais plutôt ce que tu peux faire pour ton pays ».

Voici pour hier et aujourd’hui. Et pour demain ? En 2018 notre objectif est d’organiser plusieurs colloques sur des thématiques bien précises dans le but de sensibiliser les différents acteurs politiques et économiques des pays concernés quant à la nécessité et l’urgence à mettre en œuvre des réformes structurelles afin de hâter le développement en matière d’éducation, de santé, de transports, d’assainissement, d’électrification, d’implantation du numérique et d’Internet et de proposer des emplois pérennes, sur place, aux populations afin de juguler les exodes massifs et dangereux vers de faux eldorado.

De la même façon, et dans un souci pédagogique, nous éditerons au cours du dernier trimestre de 2018 un Livre Blanc destiné à éclairer l’opinion publique, les acteurs de la vie civile et les médias. Cet ouvrage résumera l’ensemble de nos différents travaux. Tel est le sens de notre engagement militant, certains diraient activiste, au service du développement de l’Afrique.

Au crépuscule de 2017 tous les experts de Nouvel Avenir se joignent à moi pour vous souhaiter une bonne et heureuse année avec l’espoir que vous serez de plus en plus nombreux à nous être fidèles. Ensemble nous formons le vœu qu’en 2018 la violence, la famine, la pauvreté, les migrations clandestines, autant de maux qui affectent douloureusement l’Afrique, laissent place progressivement a la tolérance, à la liberté, à la paix, au progrès et à la justice.

   

Jean-Yves Duval, Secrétaire général de Nouvel Avenir